Un bilan financier 2015 vaudais naturellement voté par l'APVV.

Le compte de résultat présenté le 23 juin dernier par notre Adjoint aux finances et Maire a été voté à l’unanimité de notre groupe. Il valide les grands axes de la Politique que nous soutenons depuis plus d’un an et mise en musique par l’équipe PS-APVV-PRG.

A titre de remarque préalable j’ai précisé lors du conseil municipal du 23 juin que nous avions demandé en commission des finances d’avoir les documents plus tôt (au moins 15 jours avant pour le compte et 10 jours pour l’analyse officielle de l’exécutif). Malheureusement cela ne fut pas le cas et nous avons reçu le compte 5 jours avant le conseil et l’analyse 36 heures avant la réunion…. Cela fait un peu court lorsque l’on souhaite faire du travail de qualité et une analyse pertinente.

Je me suis toutefois livré dans le cadre du vote d’approbation du compte de résultat 2015 et dans le temps limité imparti à une analyse des données proposées. Il est important de rappeler tout d’abord que nous sommes là pour constater la réussite ou non, d’objectifs que nous nous étions fixés 18 mois plus tôt lors du DOB (débat d'orientation budgétaire) puis lors du vote du budget le 20 mars 2015.

Le compte comme le budget se répartit en deux sections, la section de fonctionnement et la section d’investissement. A l’intérieur de chaque section on trouvera les dépenses et les recettes.

Commençons par la section de fonctionnement et en particulier ses dépenses. Nous dépensons en tout 7.400.000 euros de moins que prévu. C’est donc un objectif largement raté auquel nous avons à faire…. mais cela est plutôt bon pour notre porte-monnaie car il s’agit alors d’argent pas dépensé ; il reste que nous dépensons quand même 1.3 % de plus qu’en 2014. Pas si maitrisé que cela donc. Pourquoi un tel écart ?

Tout d’abord ce n’est pas complétement une non dépense car une partie de l’objectif a été transférée dans une autre section : de l’investissement pour 5.4 M d’Euros. Nous préparons donc l’avenir en investissant plutôt qu’en dépensant en frais. Côté charges :

  • Les charges à caractère général ont baissé en 2015 de 4% par rapport à 2014 et ce sont les frais de maintenance qui baissent le plus ; ainsi on a :
    • Entretien et réparation des bâtiments : 236.000 € en 2015 contre 410.000 € en 2014
    • Entretien et réparation de voiries et réseaux : 109.000 € en 2015 contre 242.000 € en 2014,
    • Maintenance : 519.000 € en 2015 contre 587.000 € en 2014.

… et on retrouve aussi une baisse sur les achats et fournitures de l’ordre de 20%.

C’est un peu préoccupant car il n’est pas sûr que des restrictions sur l’entretien et la maintenance sur nos bâtiments (anciens pour une bonne partie et assez peu entretenus) soit vraiment de bon aloi car notre patrimoine vieilli beaucoup (et de plus en plus) sans qu’on l’entretienne bien, que tout ne pourra pas être démoli et reconstruit, et que surtout, nous avions écrit une augmentation de ce budget. Et l’explication de cette baisse ne peut pas se faire par un transfert vers de la sous traitance car celle-ci n’augmente que de 40.000 euros.

Au sujet des prestations extérieures, une autre préoccupation est la baisse des dépenses de nettoyage extérieur : 210.000 en 2015 contre 326.000 l’année précédente….. Une constatation étonnante quand on sait la piètre qualité de la propreté de nombreux locaux municipaux.

Des bonnes nouvelles sont à relever en parallèle avec la baisse des frais de réceptions, d’essence et de véhicules (même si on l’a déjà beaucoup dit),…. Des chiffres sont bizarres comme la hausse de 26.000 € des frais de timbres ce qui représente 35.000 courriers de plus ; à l’heure d’internet c’est surement une erreur car nous pensions plutôt lire sur cette ligne une baisse de 30 à 50% !!!

Enfin sur ces charges à caractères général, des rubriques ont attiré notre attention. Il s’agit des « divers » que l’on trouve dans plusieurs comptes :

  • Poste 6228 : divers pour 450.000 €
  • Poste 6238 : divers pour 50.000 €
  • Poste 6248 : divers pour 200 €
  • Poste 6288 : divers pour  5.000 €
  • Poste 6358 : divers pour 39.000 €

C’est donc près de 550.000 € qui n’ont pas été affecté. Dans une comptabilité aussi précise avec des intitulés aussi détaillés que ceux qui nous sont proposés, il est anormal que le "divers" se retrouve à ce niveau…. Une correction probable se fera en 2016.

  • Les charges de personnel : sur ce poste, j’avoue ne pas avoir tout compris. L’augmentation de ce budget en un an a été de 3%. Or nous avions écrit un objectif d’augmentation de 7% en l’expliquant en mars 2015 de la façon suivante :
    • +3% d’augmentation réglementaire obligatoire du fait de l’augmentation des basses rémunérations,
    • +2% sur le périscolaire,
    • +1% de frais de personnel supplémentaire lors de l’ouverture du GS Beauverie.
    • +1% du fait de la reprise du journal municipal.

Sachant que tout cela a été réalisé, comme se fait-il que nous n’augmentons à effectif stable que de 3% !

Au sujet des frais de personnel  nous avions imaginé il y a deux ans que nous mettrions au point un plan de formation pour chacun des agents de notre collectivité. A la lecture du chiffre du versement aux organismes de formation (-12%), il semble que cet engagement soit un peu tombé aux oubliettes. Nous avions aussi écrit le recrutement de 13 agents de police municipale ; à ce jour nous avons seulement réussi à en "décruter" un. Pas simple de trouver la notice pour recruter des policiers municipaux, mais c’est un autre sujet et nous y reviendrons ultérieurement.

Toujours en ce qui concerne la section de fonctionnement un petit coup d’œil sur les dépenses nous enseigne les points suivants :

  • Les impôts et taxes ont augmenté de 2.5%
  • Les dotations et subventions ont augmenté de 5%
  • Les produits exceptionnels ont augmenté de 400% (774.000 €)

Pour être plus précis cela signifie que les impôts des vaudais augmentent de 1% et qu’en masse ils augmentent encore plus du fait de nouveaux arrivants. Cela signifie aussi que l’Etat nous verse plus (ce qui est là aussi une bonne nouvelle, mais qui prouve ô combien nous sommes pauvres et nous pourrions peut-être rêver un jour de toucher moins, ce qui signifierait alors que notre pauvreté décroitrait). Enfin, le produit exceptionnel, s’il apporte de l’argent frais de façon « exceptionnelle » est en soi une bonne chose, à condition qu’il ne s’agisse pas de la vente de bijoux de famille.

Au sujet des investissements, l’APVV ne peut que se féliciter de voir que les travaux se font dans nos écoles, donc pour le futur. Il reste que le taux de réalisation global, même s’il est élevé pour les écoles, est globalement assez faible. En son temps, nous ne ménagions pas l’ancienne majorité et en particulier Messieurs Genin et Yahiaoui qui ne réalisaient pas plus de 55% des investissements qu’ils prévoyaient. Finalement il ne semble pas si facile que cela de faire mieux car nous ne dépassons qu’à grand peine les 60%. Quelles seraient les solutions pour mieux faire et améliorer ce taux de réalisation ?

  • Probablement être plus réactif. Aujourd’hui, nous parlons des orientations budgétaires en décembre, puis nous votons le budget en mars et lisons les comptes de nos réussites ou échecs en juin de l’année suivante… et encore, cette dernière phase ne se fait que tout juste. Il nous faudrait en réalité débattre de nos orientations budgétaires pour l’année N dès la rentrée de septembre de N-1, puis voter le budget de l’année N en décembre de N-1 et accélérer la lecture des comptes au mois de mars de l’année N+1, ce qui permettrait alors de préparer et voter un éventuel budget supplémentaire de l’année N+1 avant le milieu de cette même année. Cette organisation est simple et il ne dépend que de nous de la mettre en place ; nous l’appelons de nos vœux.
  • Mettre le turbo sur les projets. Dès qu’un projet est voté il est possible de le lancer très vite sans attendre. Cela aussi ne dépend que de nous. Faisons-le.
  • Modifier les règles administratives relatives aux règles des marché publics, règles dont nous "mourrons à petit feu" et qui sous couvert de plus de transparence, ne font qu’augmenter l’opacité et valider cette fameuse règle : "quelle est la différence entre un marché public et u marché privé ? 20% minimum de plus pour un marché public". Voilà un autre sujet. Mais là nous n’avons pas la main ! Espérons que nos ministres et députés y travaillent, car voilà un vrai travail pour eux.

Pour conclure mon propos sur le compte 2015, je souhaite revenir sur 3 points :

  • La communication – Il serait utile que lors du prochain compte (en 2017 pour le réalisé de l’année 2016), nous ayons un compte spécifique pour ce qui concerne la communication et la promotion des actions de notre majorité.
  • Le Planétarium – Comme nous l’avons toujours dit, le planétarium nous coûte cher, très cher. Cet équipement de grande qualité nous revient aux alentours d’ 1.000.000 d’euros par an. Cette année nous avons reçu une subvention de 100.000 € de la Région. Quid de 2016 ? Il est vraiment urgent que cet équipement soit repris par la Métropole ou la Région. Gageons que l’énergie de notre ex-premier adjoint à « vendre » ce planétarium, n’en est que décuplé depuis qu’il est maire.
  • Les conseils de quartier – Le taux de réalisation des investissements de nos conseils de quartier était de 0% en 2014. Il a un peu augmenté en 2015 (25%), surtout dans les quartiers dont j’avais la charge puisque les réalisations y ont été nombreuses et reconnues :
    • Le radar pédagogique au Petit Pont,
    • La mise en lumière de ce même Petit Pont,
    • Le terrain de sport – musculation - gym en libre accès de la Grappinière,
    • La modification de l’école Grandclément, une vraie réussite, même si le budget a été « pris » par la direction technique sans en même parler au conseil de quartier concerné.

         Je suis en tous cas inquiet de cette faible réalisation et je resterai personnellement très attentif à ce qu’elle augmente et que même ce budget augmente pour que ce soit les citoyens eux-mêmes qui décident, dans leur quartier, où investir.

         Pour finir sur le sujet des conseils de quartier, je pense qu’il serait utile de baisser le budget de fonctionnement. 2.000 € au lieu de 5.000 € sont amplement suffisants et éviteraient d’être trop dispendieux en fêtes et nourritures.

L’APVV a donc à l’unanimité voté le compte 2015 en redisant notre assurance que les choses vont pouvoir aller mieux dans notre ville grâce au travail de chacun des élus, de chacun des agents de notre ville et de chaque habitant.

Stéphane BERTIN - Président du Groupe des élus APVV - Rapporteur de l’avis APVV au conseil municipal du 23 juin 2016.

Lien Facebook

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Agenda des évènements

Archives municipales 2014