Un quotidien fait d'insécurité.

Mercredi 4 septembre 2019.

L’été s’achève. La rentrée est là.

Avec elle, c’est partout en France, le moment pour tous les responsables de se féliciter des bonnes conditions de la rentrée scolaire. Vaulx-en-Velin n’échappera pas au rituel d’une municipalité qui mettra en avant les investissements faits dans les écoles durant l’été (rien de très neuf ! c’est comme cela tous les ans depuis des lustres) en oubliant les retards des chantiers, les bungalows provisoires, les écoles oubliées, … En oubliant surtout le cœur de la rentrée : l’éducation.

L’été s’achève. L’insécurité est toujours là.

Et les mois estivaux ont été, de ce point de vue, les pires en la matière depuis des années. Les seuls faits d’incendie de véhicules ont explosé au fur et à mesure que l’été avançait pour atteindre un triste record de près de 30 voitures brûlées pour une seule semaine fin août. Les braquages et agressions de commerçants semblent devenus monnaie courante. Les cambriolages avec violences, inexistants jusqu’alors, ont faits leur apparition.

Côté incivilités, le pire s’est aussi produit. Dans certains quartiers, impossible de dormir fenêtre ouverte. La faute à des individus qui agissent en toute impunité sans réaction des forces de police comme des élus. Les tirs de mortiers, les rodéos à moto et en voiture se sont poursuivis comme jamais.

Et que dire des exactions suite aux matchs de football de la Coupe d’Afrique des Nations ? Là aussi, la puissance publique, n’a eu de puissance que le nom, laissant notre ville sous la coupe d’individus mal intentionnés et casseurs.

Rien n’est d’ailleurs épargné puisque, même les bungalows de chantier de la médiathèque, ont été incendiés.

Quelles réponses sont apportées ? Aucune permettant aux vaudais de se dire qu’ils sont considérés. Ils constatent l’absence des forces de l’ordre et de la justice. L’adjoint à la sécurité est inexistant depuis 4 ans. Quant à Madame la Maire, son absence est autant constatée sur le terrain que dans les décisions efficaces et les actions tangibles pour rétablir l’ordre et faire appliquer la Loi.

Les victimes sont les vaudaises et les vaudais, qui maintenant sont résignés et baissent la tête. Cela nous ne le supportons pas et ne l’admettrons jamais.

Christine BERTIN, Marie-Emmanuelle SYRE, Stéphane BERTIN.

(texte de la chronique parue dans Vaulx Le Journal ce mercredi 4 septembre 2019).

Lien Facebook

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Agenda des évènements

Archives municipales 2014