Autour de la rue Anatole France; là aussi le futur sera au béton!

Jeudi 12 avril 2018.

Découvrons ce jour le devenir de la constructibilité des terrains autour de la rue Anatole France dans le futur Plan Local d'Urbanisme et d'Habitat dont l'enquête publique va débuter le 19 avril 2018 (lire ICI notre sujet sur l'enquête publique), après nos nombreux articles des derniers mois sur: 

* le quartier Sauveteurs - Cervelières - Mas du Taureau (article du 21 mars 2018),

* les Vernay - Verchères - Thibaude - Ecoin (article du 15 mars 2018),

* la zone agricole située au Nord et à l'Est du village (article du 25 février 2018),

* les terrains riverains de l'avenue Roger Salengro (article du 19 février),

* la Grappinière avec le site de l'ex-maternelle (article du 12 février 2018),

* le au centre ville (article du 29 décembre 2017 et l'article du 27 janvier 2018),

* le coeur du village rue de la république (article du 22 janvier 2018),

* le site de l'ex-LIDL (article du 2 décembre 2017),

* le long de l'actuel BUE au Sud (article du 13 décembre 2017).

La situation actuelle autour de la rue Anatole France est la suivante:

Au Nord de cet espace, le long de la rue Victor Hugo et de l'Avenue Georges Rougé, le secteur est classé actuellement UA2. Cela signifie que :

* Le coefficient d'emprise au sol (CES) est actuellement de 75 % sur les 25 premiers mètres le long de la route, puis 10% ensuite,

* La hauteur des constructions est de 15m sur presque toutes les parcelles sauf sur celles situées à l'angle de la rue Victor Hugo et de la Rue de l'Egalité où il est possible de construire jusqu'à 17m.

* Le pourcentage d'espaces verts est de 10%.

Dans la partie centrale, la zone est aujourd'hui classée UD2b, ce qui signifie que :

* Le coefficient d'emprise au sol (CES) est de 40%,

* La hauteur possible pour les constructions est de 12m,

* Le pourcentage d'espaces verts est de 10%.

Enfin sur la partie la plus au Sud le secteur est UC2c, ce qui signifie que:

* Le coefficient d'emprise au sol (CES) est de 25%,

* La hauteur possible pour les constructions est de 21m,

* Le pourcentage d'espaces verts est de 30%.

Dans le futur PLUH la situation va évoluer pour suivre le plan suivant:

Au Nord de cet espace, le long de la rue Victor Hugo, on trouvera dans le futur un secteur UCe4a. Cela signifie que :

* CES (Coefficient d'Emprise au Sol) de 75% dans les 20 premiers mètres (75% de la surface) le long de la voirie principale puis 40% au-delà des 20 premiers mètres,

* Hauteur de façade de 13m, ce qui du fait de la VETC intermédiaire (type de toiture) d'une hauteur de 4m, augmente la hauteur à 17m,

* Surface d'espaces verts de pleine terre : 5% de la surface totale dans les 25 premiers mètres puis 15% au-delà des 20 premiers mètres.

Dans ce secteur la densification va donc augmenter de plus de 100% du fait des hauteurs qui vont passer de 15 à 17m et surtout du CES sur les zones arrières qui va tripler.

Dans la partie centrale allant cette fois de la Rue Georges Rougé à la rue de l'Egalité, la zone sera classée URm2b, ce qui signifie que :

* Le coefficient d'emprise au sol (CES) sera illimité; en réalité il ne pourra excéder les 60% du fait des 40% d'espaces verts,

* La hauteur possible pour les constructions sera de 10m auquel il conviendra d'ajouter les 4m du fait de la VETC intermédiaire dans ce secteur soit au total 14m,

* Le pourcentage d'espaces verts de pleine terre sera de 40%, ce qui du fait de deux grandes zones d'ores et déjà tracées, revient à permettre de construire tout ce qui n'est pas indiqué en vert sur le plan.

Là aussi la densification va croire de près de 70% du fait du CES qui va augmenter de 50% et de la hauteur qui va prendre 2m!

Enfin sur la partie la plus au Sud le secteur sera URc2b, ce qui signifie que:

* Le coefficient d'emprise au sol (CES) sera de 30%,

* La hauteur possible pour les constructions sera de 16m auquel il conviendra d'ajouter 5m pour la VETC haute, soit donc au final 21m.

* Le pourcentage d'espaces verts sera de 35%.

Sur ce secteur l'augmentation de la densification sera moindre avec seulement +16%.

Au final un quartier qui dans l'avenir va pouvoir passer en version bétonnage maximum! Un vrai PLUH pour promoteur!

Stéphane BERTIN

Le nouveau parking à côté du Centre Goulard est ouvert. Sans concertation. Et gare aux PV !

Mardi 27 mars 2018.

Le nouveau parking situé à côté du Centre Médical Goulard en lieu et place de l'ex piste de patin à roulettes (pour ceux qui s'en souviennent) est enfin ouvert.

Nous relations la mise en chantier de ce site il y a quelques mois (lire ICI notre article du 25 novembre dernier).

Quatre mois plus tard (je sais, c'est pas très rapide mais bon....) l'entrée est donc ouverte telle qu'on peut le voir sur la photo ci-dessous.

Il est assez grand car il propose 37 places de stationnement dont deux pour personnes à mobilité réduite. Il est aussi pratique car il va permettre de donner de l'espace de stationnement à la fois aux clients du Centre Goulard, mais aussi aux utilisateurs de la MJC et aux habitants du secteur autant du côté de l'avenue Georges Rougé que du côté des copros Sauveteurs - Cervelières, grâce à un passage au bout vers la MJC.

  

Il a aussi une partie arborée

et il faut s'en féliciter même si pour un tel lieu les services techniques et espaces verts auraient pu être un peu plus large en verdissement que de se contenter de planter les 10 arbres réglementaires (un pour 4 places de stationnement crées) et d'avoir de l'herbe dans un fossé! On peut être sûr que si le conseil de quartier avait été consulté, il aurait demandé des espaces verts de meilleure qualité et plus sympathiques. Une fois de plus, un projet monté sans concertation avec les habitants.

Autre regret: dommage qu'un coup de peinture n'ait pas été mis sur la façade de la MJC car cela fait un peu cracra... mais cela va peut-être venir.

Enfin, petite particularité, qui peut être gênante, le parking sera situé en zone bleue limitée à 1h30 (voir l'arrêté en pièce jointe). Pourquoi 1h30 sachant qu'ailleurs dans le secteur c'est 2h? Pas de réponse sauf que 1h30 d'activité à la MJC ou lors d'un rendez-vous à l'IRM de Goulard, c'est pas toujours gagné! Alors à bon entendeur!

Stéphane BERTIN

Attachments:
FileFile size
Download this file (20180325 parking goulard arrete municipal.pdf)20180325 parking goulard arrete municipal.pdf72 kB

Une concertation en marche pour la rue de la République.

Mardi 6 mars 2018.

Mardi dernier 27 février 2018 nous étions une bonne quarantaine à participer au lancement officiel de la concertation sur le réaménagement de la Rue de la République.

Petit retour en arrière.

Dès 2013, l'ancienne municipalité sous l'égide à l'époque de l'ancien maire Bernard GENIN lançait le projet de réaménagement de la Rue de la République entre la Place Pasteur et la Rue Blanqui. L'objectif était à l'époque de mettre en valeur le coeur historique de la ville construit autour de la Rue de la République en rénovant cette voirie en très mauvais état tout en la mettant aux nouvelles normes de voirie (espaces piétons et vélos, largeurs de trottoir correctes, ...) et en la verdissant. Un premier projet était présenté.

Il fallut attendre début 2015 pour que le projet soit intégré à la programmation des investissements du Grand Lyon (6.000.000 d'euros dont 10% pour les études) et que les choses puissent se concrétiser avec les mêmes objectifs : améliorer la qualité de vie en apaisant le trafic automobile, réorganisant le stationnement, sécurisant les déplacements de tous les usagers, facilitant l’usage des modes doux,  et transformer cet espace public pour les 30 ans à venir. Le conseil de quartier du village s'est saisi dès fin 2014 du dossier et a avancé un peu seul sur une proposition d'aménagement de cette Rue de la République dont les travaux étaient initialement prévus fin 2016. Malheureusement décalés à 2019-2021, la concertation officielle n'a démarré que jeudi 8 février 2018 (lire ICI notre article) puis ce mardi 27 février avec près de 3 ans de retard. en dépit d'un temps très très très froid, les vaudais furent quand même nombreux à participer tout d'abord via une balade urbaine (c'est là qu'il faisait très froid!) puis un travail en salle sous la forme d'atelier.

     

Mais les réunions ne sont pas finies. Plusieurs autres rendez-vous sont déjà inscrits :

* Jeudi 8 mars 2018 à 18h : 2° atelier - travail sur les usages à conforter ou à créer. Les usages imaginés lors du premier atelier seront spatialisés pour imaginer les différents agencements possibles et faire émerger un scénario d'aménagement partagé.

* Mardi 20 mars 2018 à 18h : 3° atelier - réflexion sur l'aménagement et les paysages. À partir du scénario issu du précédent atelier, la réflexion portera sur les ambiances paysagères, les revêtements, l'éclairage, ...

Ensuite un bilan sera présenté au conseil de quartier du village en réunion plénière le mardi 3 avril à 18h.

Claude PARTOUCHE.

Le FISAC probable du Village dans le Progrès.

Jeudi 22 février 2018.

Lors du conseil municipal du 23 janvier 2018, j'ai proposé de faire acte de candidature auprès du FISAC (Fonds d'Intervention Sur l'Artisanat et le Commerce) au sujet du commerce au village.

Les enjeux de cet engagement sont:

 

* Renforcer et maintenir la vocation commerciale du quartier,

* Favoriser la diversité de l'activité commerciale,

* Redynamiser le marché, lieu de vie sociale et créateur de liens sociaux,

* Comprendre et anticiper les mécanismes de mutation de cette polarité commerciale.

Pour cela un plan d'action est prévu avec des engagements financiers à la fois du fond national FISAC et de la commune (jusqu'à près de 70.000 euros).

Vous pouvez retrouver plus d'infos sur le site apvv.fr en cliquant ICI.

Suite à cette présentation et à cet engagement, Le Progrès s'est fait écho de ce projet

que l'ensemble des élus du conseil municipal ont voté. Pas mal, non? Il ne reste plus qu'à attendre le retour favorable (?) du FISAC.

Marie-Emmanuelle SYRE.

Une future zone agricole plus agricole mais moins simple d'usage pour les agriculteurs.

Dimanche 25 février 2018.

Après de nombreuses analyses du futur Plan Local d'Urbanisme et d'Habitat (PLUH) sur plusieurs secteurs vaudais tels les terrains riverains de l'avenue Roger Salengro (article du 19 février), à la Grappinière sur le site de l'ex-maternelle (article du 12 février 2018), au centre ville (article du 29 décembre 2017 et l'article du 27 janvier 2018), au coeur du village rue de la république (article du 22 janvier 2018), ou sur le site de l'ex-LIDL (article du 2 décembre 2017), le long de l'actuel BUE au Sud (article du 13 décembre 2017), voyons aujourd'hui le cas de la zone agricole située au Nord et à l'Est du Village.

Pour la zone agricole (notée A sur les plans) les choses étaient simples jusqu'à aujourd'hui. Il était possible d'y exercer des activités agricoles (grandes cultures, maraîchage, élevage,...) et d'y construire des bâtiments agricoles dans les limites suivantes:

"* Les constructions, travaux, ouvrages ou installations nécessaires ou liés à l’activité agricole (forestière, horticole, maraîchère...).

* Les constructions, travaux, ouvrages ou installations à destination d’habitation et leurs annexes (tels que garages, abris de jardin...), dès lors qu’ils sont destinés au logement des personnes dont la présence permanente est nécessaire au fonctionnement de l’exploitation et implantés à proximité immédiate des bâtiments d’exploitation (moins de 30 mètres), sauf impossibilité technique ou liée à la nature de l’exploitation" (source PLU règlement actuellement en vigueur).

Les zones étaient bien délimitées et clairement connues par tous

A l'extrême Ouest au Nord de la Grappinière la zone n'était pas agricole mais naturelle (classée N1). Sur tout le reste du territoire, pour faire simple au-delà de la digue, la zone était agricole de type A, avec quelques particularités:

* le long de l'avenue Marcel Cachin, dans la partie la plus Sud de la zone, le secteur était AUI1; du fait de leurs caractéristiques, ces terrains avaient été classé ainsi, en son temps pour y abriter les activités de la société Tarvel, puis ensuite pour acter un éventuel agrandissement de la zone industrielle,

* sur les terrains de l'ex-société Tarvel, le secteur est AS2; cela permet à la société de production de compost d'exercer actuellement son activité en toute légalité.

Pour être complet, au-delà des règles sur l'urbanisme dans cette zone souvent dite "maraichère", sont aussi applicables:

* les règles relatives à la protection du champ de captage de Crépieux Charmy (avec des règles sur le type de culture autorisées, des restrictions sur les excavations, etc..),

* les règles relatives à la protection du risque d'inondation qui n'autorise de construire qu'au-delà d'une certaine côte altimétrique et qu'en certains lieux.

Dans le futur PLUH, les choses se compliquent. Deux secteurs sont crées :

* le secteur A1 où ne sont possibles que les activités agricoles,

* le secteur A2 où il est possible de construire des locaux en relation avec les activités agricoles.

Quels changements cela augure-- t-il?

C'est assez simple :

* l'ancienne zone agricole A devient A1,

* des secteurs nouveaux qui était dans le village classés constructibles sont rétrogradés et classés A2,

* les terrains anciennement classés AUI1, deviennent agricoles,

* la zone AS2 reste en place,

* le secteur du camp des gens du voyage devient zone réservée à des bâtiments agricoles (?),

* l'installation de jardins familiaux ou coopératifs sera impossible puisque "L’aménagement d’ensemble de jardins familiaux ou collectifs, comprenant notamment des abris de jardin et des locaux collectifs nécessaires à leur exploitation et à leur gestion" prévu dans l'actuel PLU est supprimé en zone A1,

* le projet "Terres du Velin" avec l'implantation d'exploitations agricoles au coeur de la zone agricole passe à la trappe.

Pas sûr que les propriétaires concernés par les changements soient vraiment satisfaits. Pas sûr non plus que le conseil de quartier apprécie beaucoup qu'aucune de ces propositions ne soient retenues et en particulier celle de la création d'un vaste Eco Quartier sur l'Est du Village. Mais nous y reviendrons.

Pour plus d'informations et en particulier si vous souhaitez connaitre des détails sur les zonages, sur les plans, sur les règles, vous pouvez nous contacter à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Stéphane BERTIN.

Avant le prochain Règlement Local de Publicité, les panneaux publicitaires municipaux fleurissent.

Mercredi 21 février 2018.

La semaine dernière nous vous informions du lancement de la concertation sur le futur Règlement Local de Publicité (RLP) de la Métropole de Lyon (lire ICI l'article du 14 février),

Cet article a suscité bon nombre de remarques de la part des lecteurs de ce site.

En particulier des habitants du village ont réagi en dénonçant une forêt de panneaux publicitaires installés ces dernières semaines sur la Place Boissier. A l'angle de la rue de la République et de la rue Louis Duclos, impossible de les rater. Sur une surface de 300 m² le matraquage publicitaire fait son oeuvre.

4 panneaux ont pris la place d'un seul. Avant il y avait un panneau bas. Maintenant ce sont deux panneaux haut et deux panneaux bas

       

       

qui promotionnent à la fois l'activité municipale (Les Amphis, Les Rencontres de la robotique, Les conseils de quartier, Les Interpoles de Hand) et des sociétés privés (une société de présentation de miniatures, une agence immobilière, un site de rencontres).

L'espace public a donc été loué à une société privée d'affichage sans que ni le conseil de quartier du village n'ait été consulté, ni que les élus n'aient été informés.

Cela pose plusieurs questions:

* pourquoi une telle frénésie d'installation de panneaux publicitaires?

* quelles sont les conditions contractuelles de l'installation de cette forêt de panneaux?

* combien cela rapporte-t-il à la ville?

* pourquoi le sol a été cassé et pas réparé au moment de la pose des panneaux?

Dommage qu'au lieu de réparer les panneaux cassés depuis des lustres le choix ait été fait du clinquant et du marketing.

La concertation qui vient de commencer sur le futur Règlement Local de Publicité va probablement être riche et alimentée par la situation actuelle de l'affichage municipal. Parions que le débat sera constructif et que les conseils de quartier vont se saisir de ce dossier qui "plombe" un peu l'embellissement de notre ville qui sur ce sujet c'était quand même amélioré ces 15 dernières années.

Thierry CAILLOT.

Lien Facebook

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Agenda des évènements

Archives municipales 2014